www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 04

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : sites dédiés : mouvement, promo,... 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
20 septembre 2016

Booter Windows hors des écoles

… et ouvrir nos élèves à Linux

Le plan numérique à l’école restera un des grands projets éducatifs du quinquennat. Forcément moins cher à mettre en œuvre que le financement de postes d’enseignants, il s’appuie sur un postulat éminemment discutable et qui reste à démontrer selon lequel « la stratégie numérique est un enjeu majeur pour la réussite des élèves » . Sans jamais que ne soit posée la question : « le numérique, oui mais lequel ? ». Il est temps.

Vente forcée

Deux multinationales se partagent le gâteau des systèmes d’exploitation (OS) : Apple (50 milliards de dollars de chiffre d’affaire) et Microsoft (80 milliards de dollars de chiffre d’affaire). Dans le secteur du Personnal Computer (PC), la part de marché du premier oscille entre 8 % (dans le Monde) et 15 % (en France). Le géant Microsoft s’alloue donc la part du lion avec 83 à 90 % des systèmes d’exploitation dans le monde. On l’oublie trop souvent, cette hégémonie se fonde sur une véritable vente forcée : windows est le système par défaut installé et vendu sur la plupart des PC , au point qu’il est difficile et peu intéressant financièrement de se porter acquéreur d’une machine vierge d’OS. Ceux, l’immense majorité, qui n’ont pas les moyens de se payer un mac (plus sûr, plus performant, plus fonctionnel, plus ergonomique mais aussi tellement plus cher !) composent donc avec Windows, tant bien que mal, qui rame, plante, bugge, etc...

Pourtant l’alternative existe !

Et pourtant, sur n’importe quel ordinateur, il est aisé d’installer en parallèle ou à la place de Windows un système qui a tous les avantages du Mac, sans son inconvénient (le prix), puisqu’il est gratuit ! Nous parlons évidemment des systèmes libres GNU/Linux, qui n’équipent jusqu’ici que 2 % des ordinateurs dans le monde. S’affranchir de la tutelle des multinationales, travailler sur des environnements numériques d’une qualité optimale, éduquer vraiment nos élèves à l’offre numérique (oui nous avons le choix), quelles objections pourrions-nous apporter à un tel projet ? Nous savons bien à quel point les enfants sont prescripteurs dans les familles. Les familiariser avec Linux, c’est ouvrir à long terme celles-ci à cette alternative si défendable.

Notre inertie, c’est leurs profits

Pourquoi les choses ne bougent-elles pas, ou si peu ? Nous le savons bien : le principal frein au développement des diverses alternatives qui s’offrent à nous dans tant de domaines c’est notre inertie, la force de nos habitudes, la procrastination, et en l’espèce la perspective de devoir s’approprier de nouveaux outils, quand on a parfois si laborieusement acquis la maîtrise de ceux que nous utilisons d’ordinaire. Le pas franchi, la seule question qui subsiste est pourtant : « Mais pourquoi ne l’ai-je pas fait plus tôt ?! ». L’environnement Ubuntu est tout ce qu’il y a de fonctionnel, agréable, et migrer vers le monde du libre peut être une grande satisfaction. Soyons dans ce domaine comme dans tant d’autres des précurseurs et des semeurs pour nos élèves !

Le monde du Libre, c’est quoi ?

Distinguons trois niveaux dans le vaste monde du libre numérique :

1- Les systèmes d’exploitation (OS)

C’est ce qui fait qu’en allumant un ordinateur on se retrouve dans un environnement numérique exploitable. Les distributions GNU/Linux les plus fréquentes (et les plus accessibles aux béotiens que nous sommes pour la plupart) sont Ubuntu et Debian.

2- Les logiciels

Dans la boîte que constitue un OS, nous installons des logiciels (ou applications, ou softwares) nous permettant d’effectuer des diverses tâches diverses et variées (écriture, communication, édition, photo, musique...). A côté des logiciels « propriétaires » (comme Word, Itunes…) existent de nombreux logiciels libres (open source). Certaines de ces applications ont été développées à la fois pour Linux, Windows et Mac, et fonctionnent sur les trois systèmes, comme Mozilla Firefox (navigateur), VLC (lecteur multimédia), LibreOffice (suite bureautique)… Rester sous Windows ou Mac ne nous empêche donc pas de fonctionner avec du logiciel libre. Sous Linux, Ubuntu propose un vaste magasin d’applications open source dans tous les domaines, dans lesquelles on pioche selon ses besoins. En France, la plate-forme Framasoft constitue une mine et une référence pour l’open source.

3- Les projets collaboratifs

Wikipédia et Wikimédia sont les exemples les plus célèbres de projets collaboratifs sur le web. Mais on en trouve beaucoup d’autres, par exemple open street map, une alternative à google map.

Oui mais comment faire ?

« Je suis intéressé mais n’étant pas un geek, je ne sais pas trop par quel bout prendre tout ça »

Plusieurs solutions s’offrent à vous :

1- Nous bénéficions dans la région d’une association active dans le domaine du libre : Linux Alpes, qui en plus des diverses manifestations qu’elle organise tout au long de l’année (la fête du libre par exemple) organise des réunions mensuelles d’utilisateurs. Grâce à ces espaces d’échange et d’entraide, vous ne serez pas seul(e)s dans le monde du libre.

Site Web : linux-alpes.org

2- Envoyer un mail au SNUipp04 et nous nous efforcerons de répondre à vos questions.

L’Éducation Nationale assoit l’hégémonie de Microsoft... Et se fait attaquer en justice.

Sans aucun recul sur cette question, la ministre Najat Vallaud-Belkacem a signé en novembre 2015 avec Microsoft un partenariat « renforçant l’accompagnement proposé par [ce dernier] dans le cadre du Plan Numérique à l’École (PNE) », portant sur 13 millions d’euros.

« Charte de confiance », « formation des acteurs du PNE utilisant les technologies Microsoft », « mise à disposition du cloud de Microsoft pour les établissements scolaires », « support financier, technique, opérationnel et commercial de Microsoft aux différents acteurs de l’e-Éducation, incluant les éditeurs d’applications mobiles et les éditeurs de ressources numériques et de manuels scolaires » sont les axes clés de ce partenariat.

Comment ne pas déplorer que le ministère nous livre ainsi, et avec nous nos élèves et ceux qui gravitent autour de l’école (éditeurs), à une multinationale tentaculaire ?

Heureusement un collectif, ÉduNathon conteste la légalité d’un tel accord. Attaquée en justice, la légitimité du partenariat a été examinée en audience le 8 septembre 2016. Affaire à suivre...

1 Lire par exemple Le désastre de l’école numérique, Philippe Bihouix et Karine Mauvilly, Seuil, 2016, et TV lobotomie, Michel Desmurget, Max Milo éditions, 2012

2 Site Eduscol

3 Les fabricants payent une licence à Microsoft pour installer windows

4 Un des OS disponible sous Linux, voir encadré

5 Framasoft.org

 

13 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 04 - Résidence Les Hauts de Clubières - 04600 Saint Auban
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 04, tous droits réservés.