www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 04

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : sites dédiés : mouvement, promo,... 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}

Documents joints

29 novembre 2016

La Ministre en visite dans le 04

Lundi 28 novembre, la Ministre de l’éducation était de passage sur notre département, elle venait présider à la signature de la convention « école rurale » à l’école du Castellet (RPI Puimichel / Entrevennes / Le Castellet).

Le SNUipp04 a été reçu en audience

Au menu (copieux) :

Temps de travail des ATSEM - Personnels d’animation - AVS/EVS AESH – Rythmes scolaires – Climat scolaire – LSUN – Conditions de travail (PE/ Direction d’école/ CPC/MDPH/IEN) – Convention Ruralité – EMALA.

Nous avons très peu abordé les thématiques nationales pour essentiellement faire remonter, sans concessions, l’état du climat scolaire et périscolaire du 04 tel que nous l’appréhendons quotidiennement ici sur le terrain.

Nous avons pu défendre notre conception de l’école rurale en exprimant notre opposition à des regroupements pédagogiques qui aboutiraient à la fermeture d’écoles dans les villages. Nous avons également réaffirmé notre refus des regroupements de classes primaires sur des collèges. (Secteurs de la motte du Caire et de Seyne).

Le SNUipp04 a alerté sur :

- La situation alarmante des ATSEM, trop souvent variables d’ajustement depuis l’intrusion des nouveaux rythmes scolaires dans les emplois du temps des personnels communaux
- Les problématiques rencontrées par le personnel d’animation (Taux d’encadrement TAP)
- Le climat scolaire de plus en plus dégradé
- L’impact nul des nouveaux rythmes sur les apprentissages scolaires
- Les problématiques des emplois précaires AVS / EVS/ AESH
- Le peu d’impact sur le 04 des créations de postes, des dispositifs éducation prioritaire, RASED, +de maître que de classes, accueil des moins de 3 ans …

Extraits : « Nous observons une très nette augmentation des personnels en difficulté ou en souffrance. Dans les établissements on nous interroge sur retraite / temps partiels / reconversion / démission. On peut craindre une recrudescence des accidents RPS. »

« Concernant l’éducation prioritaire, notre département a vu la sortie du dispositif du collège du carrefour Bléone Durance. Effet mortifère alors que c’était l’exemple type d’un fonctionnement dynamique, coopératif et collectif. Les collègues en sont sortis amers et écœurés. »

« La communication du ministère est souvent confuse ou en forme de brossage de poil des fédérations de parents et autres lobbies média. Cela provoque un agacement grandissant au sein des établissements. »

« L’essentiel du problème réside dans le fait que dans les écoles, collèges et lycées, les personnels se sentent mis en difficulté par ceux de qui ils attendaient l’embellie et pour qui ils avaient voté, voire milité. A la veille des prochaines présidentielles, les perspectives étant sombres, il y a malaise croissant et désarroi palpable. En ce qui nous concerne nous percevons cela comme un rdv manqué et nous appréhendons la force et la toxicité de la réaction. »

Le SNUipp/FSU04 a dénoncé la dégradation des conditions d’enseignement depuis la mise en place des nouveaux rythmes scolaires :

« Dans le premier degré, la réforme des rythmes scolaires a instauré une gestion à flux tendu préjudiciable à la sérénité du climat scolaire. Écoles impactées très négativement. Beaucoup plus tumultueux et conflictuel, à tous les niveaux : personnel d’animation, mairie, employés communaux, enseignants, parents. La tension est perceptible chez tous. Que ce soit le personnel d’inspection (cf. rapport CASDEN), les CPC écrasés par la multiplicité des tâches, les directrices et directeurs d’école qui ne voient toujours pas la simplification administrative et courent après le temps, l’accroissement des notifications MDPH induit un recrutement d’AVS/ AESH au détriment des aides administratives, la mise en place des TAP au cœur des bâtiments scolaires ainsi que celle des APC ont dégradé les temps de concertation et de travail en équipe ainsi que les relations avec les parents. Les enseignants se sentent dépossédés de leur lieu de travail. Plus le temps de souffler etc… »

Le SNUipp04 a réitéré sa demande d’une évaluation du dispositif :

« Il est grand temps d’évaluer la pertinence et l’efficacité de cette réforme. Coûteuse en temps, argent, en moyens de gestion administrative et en débauche d’énergie dilapidée. Partout domine le sentiment du « tout ça pour ça ? »

Concernant la mise en place du LSUN : voir doc joint qui reprend par écrit nos arguments développés à l’oral.

Concernant les EMALA, il a fallu décrire le dispositif et expliquer la suppression de son financement par le conseil départemental. Des « pistes » vont être étudiées afin de maintenir ce lien et ce soutien aux écoles rurales… à suivre de près !

Convention ruralité : nous avons exprimé notre opposition à des regroupements pédagogiques qui aboutiraient à des fermetures d’écoles dans les villages. Nous avons également réaffirmé notre refus des regroupements de classes primaires sur des collèges. (Secteurs de la motte du Caire et de Seyne).

Nous avons montré que le RPI Entrevennes / Puimichel / Castellet était l’exemple type du RPI réussi : démarche de longue haleine, essentiellement portée par les enseignants en coopération avec élus et parents, sans intervention ni pression des services de la DASEN, RPI dispersés (chaque village conservant son école).

 

13 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 04 - Résidence Les Hauts de Clubières - 04600 Saint Auban
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 04, tous droits réservés.